• Jérémie Leblond-Fontaine

Aventure sur la Côte-Nord - 04 - Plongeons Catmarins

Dernière mise à jour : il y a 5 jours

Je reprends la route avec un sentiment de bien-être. C’est toujours très fort lorsque je rencontre un animal sur plusieurs années. J’ai l’impression de revoir un vieil ami que je n’ai pas vu depuis longtemps. Avec un simple regard, je comprends un peu ce que sa dernière année a été. Je m’imagine lorsqu’elle apprend a ses petits à chasser, l’arrivée de l’hiver, la saison des amours, la mise bas. Je me l’imagine forte et bien droite dans toutes les situations.


La pluie tombe fort maintenant. Je prends la direction de ma deuxième destination. Mon but : photographier les plongeons catamarins. C’est une espèce que je photographie depuis quelques années. Proche cousin du plongeon huard, espèce plus commune et très présente dans le sud du Québec, le catmarin est plus rare et moins répandu. Il ne se reproduit qu’à quelques endroits sur la côte nord. Habituellement, on le retrouve plutôt dans l’arctique et la toundra. C’est donc un privilège d’avoir l’occasion de retrouver quelques couples qui viennent nicher dans la province.


Je profite de la route pour faire sécher mes vêtements. Avec le temps humide, je ne peux pas simplement les attacher entre 2 arbres arrivés à destination. Je roule donc avec la ventilation au max pendant quelques heures. Au moins, j’aurai des vêtements secs, pour je ne sais combien de temps (vous comprendrez plus tard). La route est magnifique. Elle sillonne parfois le littoral du golfe du St-Laurent, traverse parfois des tourbières ou des forêts denses.



jeremie leblond-fontaine photographe photographie animaliere paysage quebec canada nature photographer photography wildlife landscape


J’arrive à destination. En fait, je ne sais pas encore exactement où j’irai. Je me situe dans le secteur où j’en ai photographié dans les deux dernières années. Les catmarins semblent apprécier l’endroit alors je crois que je n’aurai pas trop de mal à les trouver dans ce secteur. La météo est plutôt étrange. Alors que je croyais qu’il allait pleuvoir pour les prochains 2 jours, voilà que le soleil perce les nuages.


Le ciel est tout de même lourd, on sent l’humidité mais je profiterais bien de cette belle lumière le temps qu’elle passe. Je repère rapidement un premier couple de plongeons. Ils sont accompagnés de 2 oisillons. C’est trop bien! Je m’approche doucement dans la tourbière. C’est toujours étrange de se déplacer dans celle-ci. Le sol est spongieux, humide, couvert de mousses et de lichens.


J’ai le même sentiment qu’avec le sable lorsque je m’y déplace. Bien qu’ici, la tourbière s'étende sur des kilomètres, je n’apprécie guère laisser une empreinte de pied même si je sais pertinemment qu’elle ne sera plus visible dans quelques jours. Je m’approche donc doucement pour ne pas effrayer les oiseaux. J’entend alors le chant d’un autre plongeon qui traverse le ciel. Il atterrit un peu plus loin sur le même étang. Je remarque alors qu’un deuxième couple niche au même endroit. Les petits sont beaucoup plus jeunes par contre, au moins deux semaines séparent les portées. Ceux qui sont plus près de moi ont déjà quelques semaines de vie, on croirait presque voir des adultes.


La mousse couine sous mes pieds telle une grosse éponge. Je m’approche tranquillement du bord de l’étang et je me couche au sol. Je suis trempé immédiatement. C’est comme se coucher dans une flaque d’eau. Mais bon, je préfère de loin avoir un point de vue à ras l’eau que de rester au sec. Les catmarins sont au milieu de l’étang et vaquent à leur occupation. Ils ne sont pas très préoccupés par ma présence. Un des adultes quitte derrière une petite île, et je le vois décollé ensuite. Les plongeons catmarins donnent naissance et élèvent sur ces petites piscines dans les tourbières, mais vont chercher la nourriture dans le golfe du St-Laurent. Ils font donc régulièrement des allers/retours pour apporter de la nourriture aux oisillons.


Je ne photographie pas d’images exceptionnelles. Ils sont souvent assez loin, la lumière n’est pas à son plus beau. Le soleil se couche tranquillement sur l’horizon. Je me place à contre-jour et j’espère que les oiseaux voudront bien se placer dans l’axe. Soudainement, les deux adultes quittent le bassin, laissant les deux bébés seuls. Comportement normal? Je ne saurais dire. Peut-être pour apporter plus de nourriture, pour défendre le territoire? Bref, je suis maintenant seul avec les deux petits. Et eux, ils finissent pas exaucer mon souhait. Ils viennent se placer directement dans le soleil. Et la cerise sur le sundae? L’un d’entre eux se sécha les ailes directement dans le reflet du soleil. On a beau s’imaginer des photographies dans la tête, rarement elles deviennent réalité. Et bien ce soir, ce fut le cas.


jeremie leblond-fontaine photographe photographie animaliere paysage quebec canada nature photographer photography wildlife landscape

148 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White Instagram Icon
  • Blanc Icône Blogger
  • Icône blanc Flickr