• Jérémie Leblond-Fontaine

Aventure à Terre-Neuve - 02 - Premières rencontres

On débute la journée à l’aurore. En fait, on se réveille plus tard que prévu. En se couchant la veille, on a oublié de mettre l’alarme. Mais heureusement, alors qu’il annonçait complètement dégagé, c’est complètement nuageux. Au moins, nous n’aurons pas le regret d’avoir raté la belle lumière à cause d’une bête erreur. J’ai passé une nuit d’enfer. Réveil vers 4h du matin, le dos en douleur. Le lit de camp que j’ai acheté est plutôt mal foutu. Je ne sais pas si c’est la façon dont il est installé dans le camion, mais le centre est plus haut que les deux extrémités. Sur le côté, sur le dos, j’ai le dos qui casse et ce matin, je suis défait. Je me lève péniblement, juste à me tenir debout, je sens déjà le bas de mon dos qui m’élance de douleurs. La journée s’annonce rude. On se prend un petit truc à manger, un petit café, et hop on monte dans la voiture pour se rendre dans un autre secteur à la recherche de la faune.


À peine on roule 300m que l’on aperçoit, directement en bordure de la route, deux orignaux. Un mâle de taille moyenne et une femelle. On réalise quelques images, le décor est plutôt correct mais sans plus. Ils se dirigent visiblement vers la forêt, ils sont en déplacement. Qui sait, peut-être ne sont-ils pas seuls? On rebrousse chemin avec la voiture et on se stationne dans un endroit où on ne causera pas d'ennui, et on part à la recherche des orignaux.



caribou newfoundland terre-neuve wildlife wild faune sauvage canada jérémie leblond-fontaine sunset sun coucher du soleil lever mammal reindeer moose orignal


Comme je le mentionnais hier, ce n’est pas vraiment le type de biotope dans lequel je m’attendrais à voir de l’orignal. Mais ils sont bien ici, bien présents. On longe la forêt à la recherche des cervidés. La forêt est très serrée, impossible de s’y déplacer, sauf par les petits sentiers entretenus par les animaux eux-mêmes. Les cervidés (et plusieurs autres animaux) ont cette habitude d’utiliser fréquemment les mêmes trajets.


On aperçoit de nouveau rapidement nos deux orignaux, Ils se dirigent vers une grande plaine dorée qui donne sur un grand lac derrière. On avance doucement pour faire le moins de bruit possible. Au premier regard sur l’aire ouverte, on aperçoit un autre mâle et une autre femelle. Le mâle est le dominant du coin. Massif, immense panache, une belle pièce. Au loin derrière, longeant le lac, une autre femelle passe son chemin. C’est incroyable la densité d’orignaux dans cette petite forêt.


On décide de faire une approche. On contourne la prairie pour revenir par la gauche. Nous n’avons pas encore été repérés. On descend vers la plaine tranquillement. À un certain moment, notre présence ne fait plus de doute pour les cervidés. Bien qu’on soit attentionné de ne faire aucun bruit, on finit quand même par craquer quelques branches et le son de nos vêtements en matière synthétique détonne du bruit habituel d’un animal poilu qui se frotte sur les conifères morts.


La première femelle aperçue le matin fait son entrée dans la clairière, suivi par le premier mâle de taille moyenne. Pratiquement au même moment, je fais la découverte d’un petit panache au sol. Les orignaux perdent chaque année leurs bois. En décembre pour les grands mâles, jusqu’en mars pour les plus jeunes. Celui-là est modeste, mais il nous sera d’une grande utilité.



caribou newfoundland terre-neuve wildlife wild faune sauvage canada jérémie leblond-fontaine sunset sun coucher du soleil lever mammal reindeer moose orignal


Étant donné que notre présence n’est plus un secret pour personne dans cet endroit, aussi bien faire croire que nous sommes des orignaux. Je prends le bois et je le cogne et le frotte sur un arbre mort à proximité. L’attention des orignaux vient de changer complètement. Au lieu d’être un intrus, nous sommes maintenant des cervidés à leurs yeux. Un ou deux petits appels et quelques frottements supplémentaires nous permettront de faire quelques belles photographies dans un biotope magnifique. Les mélèzes sont d’un orange vif. Ils colorent le décor d’une manière magistrale.



caribou newfoundland terre-neuve wildlife wild faune sauvage canada jérémie leblond-fontaine sunset sun coucher du soleil lever mammal reindeer moose orignal


On passera près d’une heure et demie en présence des orignaux. Puis, ils décident finalement de reprendre leur route. On continue un peu notre chemin mais on décide finalement de revenir à la voiture pour prendre une pause. Mine de rien, il est déjà 13h et la tranche de pain que j’ai englouti au lever est rendu bien loin dans mon estomac. On en profite pour faire une petite sieste. Le soleil est maintenant bien haut et bien présent. Les nuages se sont poussés peu de temps après notre rencontre avec les orignaux.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White Instagram Icon
  • Blanc Icône Blogger
  • Icône blanc Flickr